DivAirCity H2020

La nature en ville : Une approche pratique du bien-être urbain

Blanca Pedrola, architecte, urbaniste et membre du consortium DivAirCity, a présidé cet événement, qui s’est concentré sur le rôle essentiel des solutions basées sur la nature dans les environnements urbains.

Carolyn Daher (IS Global) a parlé de la santé qui va au-delà de la maladie et des soins médicaux et de la façon dont l’urbanisation amplifie les inégalités en matière de santé, soulignant la nécessité de politiques et d’environnements équitables. Avec la hausse des températures qui exacerbe les îlots de chaleur urbains et les taux de mortalité, la végétalisation des villes offre des avantages multiples pour la santé, réduit les taux de mortalité et améliore le bien-être mental. Elle a souligné que l’évaluation des interventions et le suivi des effets sur la santé sont essentiels pour démontrer l’efficacité et la valeur économique des solutions fondées sur la nature pour favoriser la santé planétaire et humaine.

La présentation de Mary Bowman(Gustafson, Porter and Bowman) a décrit le projet de réaménagement complet autour de la Tour Eiffel à Paris, en se concentrant sur la mise en valeur de sa signification historique, l’amélioration de l’accès piétonnier et l’intégration d’éléments durables. Elle a démontré l’importance de la collaboration, car pour y parvenir, ils ont dû travailler avec les services de transport, modifier les itinéraires des bus et s’attaquer à des problèmes techniques complexes tels que la gestion du drainage. L’étude de cas de Mary a mis en évidence une approche holistique du réaménagement urbain, équilibrant la préservation historique avec l’accessibilité piétonne, la durabilité et l’engagement de la communauté.

Rudi Scheuermann (Arup) a présenté une perspective technique sur la façon dont les espaces verts améliorent non seulement les microclimats, mais contribuent également au bien-être des personnes et à la réduction des coûts de santé liés aux maladies respiratoires. Il a présenté différentes méthodes d’intégration de l’infrastructure verte dans les villes, notamment les toits verts, l’agriculture urbaine et l’utilisation de plantes pour réduire les niveaux de CO2. Il a également souligné les avantages des toits verts, qui permettent de réduire la consommation d’énergie pour le refroidissement des bâtiments et d’absorber les eaux de pluie pour prévenir les inondations.

Partagez l’événement sur

Aller au contenu principal